Réalisation d’une cloison :
Des panneaux de polyuréthane en mousse rigide sont enfermés entre une ossature de tasseaux de pin de section 5cm x 2.5cm et deux feuilles de contre-plaqué de 3mm d’épaisseur dont l’une, l’intérieure, est recouverte d’un film PVC façon lambris ( cf ). Un collage sous pression (un véhicule stationné sur la cloison) et un « cloutage » tous les 10 cm assurent un assemblage durable.

Par ailleurs, des inserts en bois sont disposés dans l’épaisseur des cloisons en des «points stratégiques» pour assurer un bon assemblage avec les placards, les cloisons séparatives d’intérieur et les appuis de la table. Néanmoins l’ensemble du mobilier est autoportant c’est-à-dire qu’il tient dans sa position finale sans appui sur les parois extérieures.

Assemblage des cloisons :
  • Une baguette 1/4 de rond accolée sur les côtés de certaines cloisons permet de réaliser un arrondi d’angle et l’assemblage de deux cloisons perpendiculairement.

Le plancher :
  • Un panneau polyuréthane assurant l’isolation (épaisseur 3cm) est enfermé à l’intérieur d‘un cadre en bois de même épaisseur et entre deux plaques de contre-plaqué de type “marine” au dessus (1cm) et au dessous (1,5cm).
    Ce plancher est renforcé dans sa largeur par trois tubes acier à section carrée (2,5cm x 2,5cm x 2m) et distribués suivant sa longueur (1 avant, 1 milieu, 1arrière). Ils ont pour but de rigidifier les porte à faux latéraux du plancher.

    La partie inférieure est recouverte d’une couche de BLACKSON et la partie supérieure d’un lino décoratif.

  • Son ancrage sur le châssis du J5 se fait par l’intermédiaire de 14 boulons de grande taille, la tête hexagonale de ceux-ci est immobilisée totalement dans l’épaisseur du plancher et prend appui sur une grosse rondelle et sur une entretoise métallique pour éviter l’écrasement du plancher au serrage et lors des balancements éventuels de la cellule dans les virages.
Assemblage cloison avant et châssis cabine J5 :

Il est précédé :

  • par une découpe de la partie arrière de la cabine ainsi que la gouttière arrière sur une longueur de 15cm de chaque côté à partir des bords extérieurs. La rigidité de la cabine est alors récupérée par l’accouplement avec la cellule grâce à 8 boulonnages sur les montants latéraux arrières.
  • par l’accouplement du plancher avec la cloison avant.

Fabrication des volumes de rangements :

  • Les caissons de rangement :
    Les parois sont constituées de CP 8mm sur lequel est collé sur une face, le CP 3mm décoratif (collage au néoprène).

    Les faces des caissons sont assemblées à angle droit par des segments de carrelet jouant le rôle d’équerres.

    Ils sont collés (colle cellulosique blanche) et vissés sur les faces intérieures de chaque caisson. Certains segments de carrelet servirons à l’ancrage sur les parois latérales et le plafond de la cellule, au niveau des inserts. S’agissant des ” coffres sous assise “, les carrelets d’assemblage en angle jouent également le rôle d’appui pour les portes de fermeture sur lesquelles sont placés les coussins.
    Le compartmentage des rangements est assuré par des planchettes de CP3mm positionnées verticalement et maintenues en place par des segments de carrelet collés et vissés.

  • La protection des angles :
    Les angles sont protégés:
    soit par une baguette (en pin moulurée d’angle et revêtue d’un tissus en skaï collé à la colle cellulosique) collée et vissée sur l’angle du caisson.

    soit par un joint anti-choc profilé en caoutchouc marron foncé, positionné sur l’épaisseur de la planche, grâce à un rainurage sur le chant de celle-ci, et collé avec de la colle néoprène.

  • Les portes de rangement :
    Leur cadre est constitué pour les parties horizontales par un collage de baguettes en pin ” moulurées ” (collage avec de la colle cellulosique). Les montants verticaux sont également des baguettes de pin moulurées positionnées et collées sur la paroi de la porte et sur les montants horizontaux.
    Les fonds de portes sont réalisés par le collage d’un CP 3mm et d’un CP 3mm décoratif pour la face extérieure.


Chronologie de l’assemblage :
  • Remarque :

    La cloison avant a été préalablement plastifiée sans gel-coat sur sa face extérieure avant son assemblage avec le plancher. Cela empêche tout pourrissement ultérieur du bois suite à d’éventuelles infiltrations d’eau entre la cabine de conduite et la cellule.

  • Les étapes :
    1. l’assemblage du plancher avec la cloison avant
    2. l’assemblage et l’arrimage de l’ensemble ” plancher/cloison avant ” avec le porteur J5 ; le plancher sur le châssis et la cloison avant sur la cabine (les 14 boulons dont les têtes sont immobilisées dans l’épaisseur du plancher doivent, pour chacun, rentrer dans l’équerre correspondante du châssis).
    3. le montage des cloisons intérieures, du ” mobilier “, du circuit d’eau, de gaz et d’électricité (il faut garder à l’esprit au moment de la conception que tout raccordement ou connexion reste toujours accessible pour de la maintenance une fois l’assemblage terminé).
    4. le montage et l’assemblage des cloisons latérales et de la cloison arrière
    5. le montage et l’assemblage de la cloison de ” toit ” sur les cloisons latérales
    6. le positionnement et la fixation du profilé avant
    7. le masticage et le ponçage extérieur
    8. la plastification

Plastification de la cellule assemblée :
  • La fabrication du profilé avant :
    Il est réalisé dans un moule constitué d’un châssis très rigide en bois à l’intérieur duquel prennent appui trois panneaux d’Isorel à face lisse, ,positionnés, cintrés et cloués pour reproduire la forme désirée.

    Un mastic déposé en couche épaisse à la jonction de deux panneaux permet, après ponçage, d’obtenir l’arrondi d’angle qu’épousera la fibre de verre imprégnée.Le moule est ensuite enduit d’une cire de démoulage qui, lustrée, facilitera le démoulage du profilé.
  • La plastification des parois et du « toit » :
    L’extérieur de la cellule est d’abord dégraissée à l’acétone, puis imprégnée d’une première couche dite couche d’accrochage obtenue en diluant partiellement la résine peu accélérée avec de l’acétone ; le mélange obtenu, devenu plus fluide, mouille ainsi en profondeur la fibre du contre- plaqué.(l’acétone très volatil s’évaporant avant que la résine ne durcisse).
    Enfin les parois sont recouvertes de plusieurs couches de mat de verre de faible « grammage » (et/ou de Rowing pour une meilleure finition) et imprégnées de résine polyester, chaque couche devant sécher avant que la suivante ne soit appliquée.
    Une technique particulière doit être adoptée pour l’imprégnation sur les parois verticales afin d’éviter les coulures.
    Elle consiste à thixotroper la résine c’est-à-dire augmenter sa viscosité par ajout de talc industriel.
    La finition lisse nécessite un masticage sur toute la surface puis beaucoup de courage pour un ponçage à l’eau.
Remarque :
Les ouvertures (portes, fenêtres, évents etc.) de la cellule assemblée ne sont découpées sur les faces extérieures des cloisons qu’une fois la plastification entièrement durcie et terminée, étant entendu que les découpes ont déjà été effectuées sur les faces intérieures avant le collage sur les ossatures.

Print Friendly, PDF & Email
Translate »
Marquee Powered By Know How Media.
Translate »
Marquee Powered By Know How Media.