Ce site s’adresse à ceux qui voudraient posséder un camping car mais se désolent de ne pouvoir se l’offrir et qui pensent à tort que le fabriquer est trop difficile. Il propose des idées, des schémas et un résultat au travers de photos qui pourraient motiver ceux qui hésitent encore.
Mon expérience, détaillée sur ce site, n’est pas celle d’un “cador” du bricolage.
Elle peut devenir celle de tous ceux qui ne veulent pas en rester qu’au rêve.
Une idée qui germe…

C’est pendant ma jeunesse que mon intérêt pour les caravanes puis les camping-cars s’est révélé à l’occasion de visites répétées aux salons des résidences mobiles du Bourget avec l’arrière pensée grandissante de posséder un jour un de ces véhicules…Bien des années plus tard, des visites chez Bailloux, Lexa et Autostar m’ont permis de découvrir les méthodes de construction des cellules et de réaliser qu’elles m’étaient accessibles pour fabriquer mon propre camping car.

Le premier pas a été franchi le jour où, habitant une commune limitrophe de Toulouse, j’ai découvert dans une grande surface de bricolage, des panneaux de CP décoratifs façon lambris identiques à ceux qui étaient utilisés dans la fabrication industrielle des véhicules de loisir. Cette découverte a été le déclic. Je me suis donc lancé dans cette aventure timidement puisqu’au début je me suis accordé une période probatoire en ne faisant que les éléments de mobilier et les cloisons intérieures de sorte que je puisse limiter les pertes financières en cas d’abandon. Les résultats encourageants obtenus m’ont incité à poursuivre : fabrication des parois, du plancher car j’avais les plans carrossier du J5, du moule pour la capucine (profilé avant supérieur) puis la découverte du travail du polyester pour la fabrication de cette capucine, avec l’immense complaisance des voisins pour les odeurs de résines qui parfumaient le quartier.

Quelques mois plus tard les pièces du puzzle étaient toutes réunies, il ne manquait plus que le porteur. Me voilà au pieds du mur pour un investissement beaucoup plus conséquent et irréversible : faire l’acquisition, par le biais d’un emprunt à la banque, du châssis cabine Peugeot J5 neuf dont il faudra découper la tôle arrière à la scie sauteuse (l’accord de principe ayant été obtenu pour opérer cette transformation auprès du service technique de Peugeot au vue de plans détaillés de mon projet).

Ce second pas est franchi à l’approche du mois de juin 1988 et.le reste du travail s’est poursuivi à l’extérieur durant les beaux jours avec l’angoisse des orages violents de l’été.

L’assemblage du plancher avec le châssis du J5 a été un grand moment d’angoisse car 14 boulons dont les têtes avaient été noyées et immobilisées dans l’épaisseur du plancher devaient tous rentrer simultanément dans les orifices des équerres du châssis, ces boulons ayant été antérieurement positionnés uniquement à partir des cotes relevées sur les plans !!! Et le miracle a bien eut lieu !

Le passage à l’APAVE puis aux Mines se fera à l’automne et la première utilisation du camping car suivra pour un week-end en Andorre et un séjour d’une semaine de ski à Tigne avec 20 cm de neige sur le toit et 20°C à l’intérieur de la cellule…

Le projet était devenu réalité…

Print Friendly
  • Jusqu'où iront-ils ?

Ces images sont cliquables
image-vide pas_ça 1 pas_ça 2 pas_ça 3

Ce n'est pas ce que ce site vous propose,
mais ce que montre le diaporama ci-dessous !


  • Diaporama

Translate »
Marquee Powered By Know How Media.